La bibliothèque de l'Invisible

Si le monde réel manque parfois de magie, d'étoiles ou de frissons à votre goût, entre nos murs l'imaginaire et l'aventure ne seront jamais en reste.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Atwood Margaret - The year of the Flood (le temps du Déluge)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Vous avez aimé
un peu
0%
 0% [ 0 ]
beaucoup
100%
 100% [ 1 ]
coup de cœur
0%
 0% [ 0 ]
pas du tout
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 1
 

AuteurMessage
Zahila
Initié
Initié
avatar

Messages : 1629
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 31
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Atwood Margaret - The year of the Flood (le temps du Déluge)   Ven 1 Juin - 21:31


Quatrième de couverture :

The sun brightens in the east, reddening the blue-grey haze that marks the distant ocean. The vultures roosting on the hydro poles fan out their wings to dry them. The air smells faintly of burning. The waterless flood has ended the world.
But two women have survived: Ren, a young dancer trapped where she worked, in an upmarket sex club (the cleanest dirty girls in town); and Toby, who watches and waits from her rooftop garden.
Is anyone else out there?

----

Le soleil se lève, rosissant à l'est la brume bleu-gris marquant la présence de l'océan dans le lointain. Les vautours perchés sur les mâts (?) étendent leurs ailes pour les sécher. L'air sent vaguement le brûlé. Le "déluge sans eau" a apporté la fin du monde.
Mais deux femmes ont survécu : Ren, une jeune danseuse coincée sur son lieu de travail, un sex club huppé ; et Toby, qui observe et attend dans son jardin sur les toits.
Il y a quelqu'un ?
(traduction maison, vous excuserez les approximations Wink )

Mon avis :

J’ai mis beaucoup de temps à sortir ce livre de ma PAL, emmené en voyage au moins trois fois sans l’ouvrir, avant de finalement m’y lancer. Et là, je me dis que j’aurais dû le lire bien plus tôt. Car autant j’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire (comme à chaque fois que je lis en anglais en fait), autant j’ai dévoré la fin.

Le livre s’ouvre sur deux chapitres, le premier avec Toby, le suivant avec Ren, après la catastrophe. Toutes les deux sont seules, chacune de leur côté,au milieu d’une ville désertée de sa vie humaine, la nature commence à reprendre ses droits. La suite du livre est une alternance entre leurs deux points de vue, entre le passé et le présent. Chaque partie débute par un sermon d’Adam One et un hymne tiré du livre de cantiques des God’s Gardeners (littéralement les
Jardiniers de Dieu). En effet, dans ce futur proche (mais indéterminé),de nombreuses religions plus ou moins fantaisistes ont vu le jour, et parmi elles, les Gardeners sont des écologistes pacifistes et végétariens, vivants sur les toits des immeubles, uniquement de leurs jardins et d’articles recyclés. Et ils sont persuadés qu’un jour ou l’autre Dieu déclenchera un nouveau Déluge, the Waterless Flood (littéralement le Déluge sans eau), pour punir les hommes d’avoir
détruit la Terre. Au fur et à mesure du roman, à travers les histoires de Ren et Toby, on en apprend davantage sur les Gardeners, mais aussi sur le monde dans lequel ils se trouvent : un monde régi par les Corporations, et surtout par les CorpSeCorps, leur sécurité privée, uniques détenteurs des armes, et donc du pouvoir, et par les mafia qui règnent sur les quartiers pauvres.

C’est un futur vraisemblable que nous décrit Margaret Atwood dans ce roman, je dirais même un peu trop vraisemblable pour qu’on ne soit pas mal à l’aise pendant notre lecture. J’avoue qu’au début j’ai eu du mal avec les Gardeners, un peu trop religieux et naïfs pour moi, mais finalement on se fait à leur
philosophie et on se prend à espérer qu’il ne va pas leur arriver trop de misères dans ce monde carrément pas fait pour eux. La construction en flashbacks nous tient en haleine du début à la fin : sans trop en dévoiler, on sait qu’il y a une catastrophe qui a détruit la quasi-totalité de l’humanité, mais on ne sait pas comment elle arrive (sauf si on lit le quatrième de couverture, que j’ai expurgé dans cet article…) Évidemment se pose aussi la question de la survie de Ren et Toby après la catastrophe, et de savoir si d’autres ont survécu…

En conclusion, un bon roman apocalyptique, qui donne à réfléchir sur les thèmes de l’écologie, de la société de consommation ou encore sur la science et son éthique (ou son absence d’éthique en l’occurrence), tout en nous tenant en haleine jusqu’au bout, même si pour ma part j’ai été un peu déçue par la fin trop abrupte à mon goût.

A noter que la traduction vient de paraître aux éditions Robert Laffont sous le titre Le temps du Déluge (et surtout ne pas lire le résumé qui spoile dix fois plus que celui de la version originale…
Revenir en haut Aller en bas
http://zahlya.wordpress.com
scifi
Gardienne
Gardienne
avatar

Messages : 8340
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Atwood Margaret - The year of the Flood (le temps du Déluge)   Dim 23 Nov - 14:41

Arf, je suis dans ma période post-apocalyptique. Encore de la tentation. Razz

_________________

Bienvenue à la Bibliothèque de l'Invisible Invité.



Pensez à lire le règlement



Merci de passer par la case présentation
Oui, même les fées jouent au Monopoly



Prière de bannir le langage sms les muses du forum n'apprécient pas



Que règnent l'entente et la bonne humeur
Revenir en haut Aller en bas
http://labiblioinvisible.forumsactifs.net
 
Atwood Margaret - The year of the Flood (le temps du Déluge)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Atwood, Margaret] Oeil-de-chat
» [Atwood, Margaret] La servante écarlate
» [Atwood, Margaret] Captive
» [Atwood, Margaret] Le tueur aveugle.
» [Atwood, Margaret] L'odyssée de Pénélope

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La bibliothèque de l'Invisible :: Rayonnages invisibles :: Science-Fiction / Anticipation-
Sauter vers: