La bibliothèque de l'Invisible

Si le monde réel manque parfois de magie, d'étoiles ou de frissons à votre goût, entre nos murs l'imaginaire et l'aventure ne seront jamais en reste.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Clive Barker - Jakabok, le Démon de Gutenberg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Vous avez aimé
un peu
0%
 0% [ 0 ]
beaucoup
0%
 0% [ 0 ]
coup de cœur
0%
 0% [ 0 ]
pas du tout
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 0
 

AuteurMessage
Steve
Initié
Initié
avatar

Messages : 1811
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 34
Localisation : Briançon

MessageSujet: Clive Barker - Jakabok, le Démon de Gutenberg   Sam 25 Aoû - 9:25


Synopsis :

Jakabok Botch habite le neuvième cercle de l'enfer, juste derrière le labyrinthe d'immondices sur lequel règne son père, Gatmuss : un démon toujours prêt à mettre une sévère correction à ceux qui ont la malchance de croiser son chemin. Dès qu'il a un moment de libre, Jakabok écrit, divague, invente des machines, parfois musicales, pour torturer son père. Des écrits qu'il cache dans sa chambre, jusqu'au jour où sa mère les trouve et y met le feu... Jusqu'au jour où Gatmuss le laisse rôtir, tête la première, dans le brasier de ses fantasmes de vengeance. Atrocement brûlé, effrayé à l'idée d'être occis par son géniteur, Jakabok n'a plus d'autre choix : il lui faut fuir le neuvième cercle de l'enfer. Un monde inconnu et un étrange compagnon de route l'attendent en haut...

Jakabok : le démon de Gutenberg occupe une place à part dans l'œuvre de Clive Barker. On sent à chaque ligne de cette infernale comédie, littéraire en diable, que l'auteur s'y est fait avant tout plaisir. Mais sans limites ni tabous, comme à son habitude.


Avis personnel :

Je ne vais pas tourner autour du pot pendant des heures : j'ai été plutôt déçu par ce court roman.
Pas que je m'attendais à quelque chose de spécialement fabuleux, je savais que Barker avait écrit ce bouquin avant tout pour s'éclater et j'espérais, quelque chose d'assez fun léger, sans plus. Bah effectivement c'est plutôt léger, presque à la limite de l'anecdotique, même. Le ton rappelle celui-ci de certaines nouvelles des Livres de Sang, entre humour noir, cynisme et grotesque (je pense notamment à la délicieuse Jack et le Cacophone, un peu dans le même esprit).
Mais le charme n'est pas le même et on sent l'auteur un peu hésitant sur le format, le cul entre les chaises du roman et de la novella  scratch

Ceci dit, le plus mauvais point - en ce qui me concerne - ne réside pas là.
Pour moi, le gros point faible du roman, c'est cette prise à parti constante du lecteur, avec ce leïtmotiv (marrant au début mais très vite agaçant) du "brulez ce livre!"
On sourit la 1e fois, la 2e un peu moins... la 3e ça devient franchement lassant, mais le pire c'est que l'auteur (enfin le narrateur) y revient constamment ; du début du livre à la dernière ligne. A la fin c'est juste chiant et on en soupire d'ennui.
C'est dommage, car il y a pas mal de qualités formelles dans cette histoire (qui n'en est pas vraiment une, d'ailleurs) : l'humour, avec ce ton décalé qui m'a parfois rappelé Bartiméus, quelques idées bien vues sur la notion d'écriture (et une certaine mise en abîme du propos), la touche Barkerienne dans certaines descriptions vraiment sympa... mais bizarrement, je l'ai trouvé aussi plus lourd qu'à l'accoutumée et étrangement "aseptisé". On a toujours connu l'écrivain d'origine anglaise en opposition à l'eglise ou l'idée de religion - enfin surtout le christiniasme -, alors que là, par la parole de Jakabok (un démon du 9e cercle des Enfers, je le rappelle), on a presque une impression de crainte et de respect mêlés... comme un bigot qui reviendrait de la messe après un discours bien enflammé.
Barker, qui avait toujours repoussé l'idée de Bien ou de Mal selon les conceptions habituelles, nous sort ici tous les bons vieux clichés inhérents au catholiscime et compagnie. Ca vient peut-être de l'époque à laquelle est censée se dérouler l'action (quelque part entre les XIIIe et XVe siècles, si j'ai bien compris), mais j'ai trouvé tout ça très (trop) conventionnel et vraiment peu naturel, même décevant, venant de cet auteur.

Bref, plein de choses, de petites ou grosses faiblesses dans le style et l'approche qui m'ont bien refroidi. Dans le fond, c'est surtout la démarche derrière ce court roman que j'ai eu du mal à saisir. Un bouquin récréatif pour un auteur n'ayant pas écrit quelque chose de consistant depuis quelques temps (à l'époque de sa sortie) ? Une récréation tout court, juste pour le plaisir ? OK, je veux bien, mais il n'empêche que le format court joue pas mal en sa défaveur et finit par faire de ce Jakabok une petite déception ; une erreur de parcours dans une biblio' jusque-là irréprochable.
Ce ne sera pas le premier de mes auteurs favoris à avoir accouché d'un roman moyen, mais bon ça m'empêche pas d'être déçu quand même...  Crying or Very sad

Après, peut-être que le sieur Barker était trop pris par sa saga d'Abarat - comptant jusqu'à présent 3 tomes - pour se concentrer sur autre chose... il me faudrait le lire également pour me faire une idée !
En attendant, juste un conseil : ne brulez pas forcément ce livre, mais je ne vous conseille pas non plus de le lire lol vous risqueriez de vous ennuyer un bon moment. Un roman vraiment anecdotique, malheureusement sans plus.
Revenir en haut Aller en bas
 
Clive Barker - Jakabok, le Démon de Gutenberg
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Clive Barker
» Clive Barker - Abarat
» Clive BARKER - Cabale
» [J'ai Lu] Cabale de Clive Barker
» CABALE de Clive Barker

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La bibliothèque de l'Invisible :: Rayonnages invisibles :: Fantastique / Horreur-
Sauter vers: