La bibliothèque de l'Invisible

Si le monde réel manque parfois de magie, d'étoiles ou de frissons à votre goût, entre nos murs l'imaginaire et l'aventure ne seront jamais en reste.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [film] Man on Fire

Aller en bas 

vous avez aimé
un peu
0%
 0% [ 0 ]
beaucoup
0%
 0% [ 0 ]
coup de cœur
100%
 100% [ 1 ]
pas du tout
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 1
 

AuteurMessage
Steve
Initié
Initié
avatar

Messages : 1810
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 36
Localisation : Briançon

MessageSujet: [film] Man on Fire   Sam 27 Oct - 11:46



Date de sortie : 13 octobre 2004
Réalisé par : Tony Scott
Avec : Denzel Washington, Dakota Fanning, Christopher Walken
Genre : Thriller
Nationalité : Américain
Durée : 2h 26min

Synopsis :

Le Mexique est en proie à une vague d'enlèvements sans précédent. Face au danger, certaines familles aisées engagent des gardes du corps pour assurer la protection rapprochée de leurs enfants.
C'est dans ce contexte lourd de menaces que débarque à Mexico l'ancien agent de la CIA John Creasy. Appelé par son vieil ami Rayburn, ce dernier se voit proposer un job inattendu : bodyguard de la petite Pita Ramos, fille de l'industriel Samuel Ramos.
La fillette, précoce, pleine de curiosité et de vitalité, insupporte John par ses questions personnelles. Pourtant, au fil des jours, Pita parvient à percer ses défenses. Après bien des années, celui-ci retrouve le goût de vivre.
C'est alors que Pita est kidnappée. Bien que grièvement blessé, Creasy se lance à la poursuite des ravisseurs. Inflexible, il remonte la piste, se jurant de retrouver sa protégée.


Avis personnel :

Mieux vaut le savoir dès le début : Man on Fire n'est pas un joli conte de fées. C'est un film de vengeance froid et sombre, brut, qui nous laisse un arrière-gout de cendres et de sang dans la bouche.
Mais ce n'est pas pour cela (en premier lieu) que j'ai adoré ce film. Non, ce qui m'a attiré à la base, c'est la patte visuelle de Tony Scott, réalisateur de blockbusters souvent décrié de son vivant (le maître à penser d'un certain Michael Bay, pour n'en citer qu'un) et hypocritement idolatré depuis son suicide en aout dernier. Pour ma part, ça fait quelques années que j'explore sa filmographie avec délectation, découvrant ou redécouvrant certains classiques ou petites perles du film d'action/thriller. Un joli CV comptant par exemple Top Gun (hihi), True Romance ou Le Dernier Samaritain , pour n'en citer que quelques uns.
Là où sa carrière commence à devenir vraiment intéressante, c'est à la fin des années 90, où il commence à expérimenter sur l'image elle-même et les différents effets de zooms, contrastes, focales, ralentis, accelérés ou autres decentrages pour raconter ses histoires.
Cela donne par exemple Ennemi d'Etat (avec Will Smith), excellent techno-thriller dopé à l'adrénaline où les tons froids et les effets d'optique donnent un cachet particulier à cette histoire de mec traqué par la NSA. Ou alors le déjanté Domino, racontant le parcours d'une ex-mannequin devenue chasseuse de prime, sur fond de critique violente du système d'entertainment duquel Tony Scott fait partie malgré lui. Le visuel du film part dans tous les sens, rendant par ses différentes approches, toute la frénésie d'un scénario, qui n'est pas si loin d'un Tarantino ou d'un Oliver Stone au meilleur de sa forme - période Tueurs Nés, pour ceux qui se souviennent de ce film culte.

Man on Fire s'inscrit dans la même démarche, tentant de rendre aussi bien par les images que les techniques utilisées (dézoomages à fond, flous, décadrages ou surimpressions rapides, montage super-cut) toute la violence froide qui anime le personnage de Denzel Washington.
Rarement d'ailleurs l'acteur n'aura livré de prestation aussi intense que dans celle de cet homme au tortueux chemin de croix, retrouvant ses instincts primaires après avoir connu une brève rédemption. Alcoolique et rongé par ses actes passés, il commence à reprendre goût à la vie, avant de replonger dans la fureur, qui le menera jusqu'à cette vengeance implacable. Et tout cela est magnifiquement joué par l'acteur, qui devient ici un ange de mort et de destruction qu'on a presque envie d'applaudir, malgré la violence et la cruauté apparente de ses actes.
Et Tony Scott filme tout cela très bien, avec sa grammaire visuelle certes un peu frénétique (complètement démente même, par moments), mais qui rend parfaitement justice au script. Filmé de façon plus sobre et posée, ce film en serait presque devenu chiant, tant son scénario a déjà été vu et revu. Mais avec cette esthétique déjantée - non exempte de quelques moments de grâce ou de réelles bonnes idées, cependant - et un acteur au meilleur de sa forme, Man on Fire y gagne toute sa puissance.
Je pense par exemple aux inserts d'images de la jeune Pita, ici et là (évoquant le souvenir d'un fantôme), ou les plans de Creasy nageant dans une piscine, laissant un sillage de sang derrière lui, au caractère assez métaphoriques. De plus, le réalisateur filme ici le Mexique dans son aspect le plus sordide et réaliste, loin des images de cartes postales nous vantant les mérites du soleil latino et de la tequila : un très bon point, en ce qui me concerne !
Dommage juste que le film soit un peu longuet par moment, étirant son propos sur 2h 20, là où il aurait pû être raccourci d'une bonne demi-heure, à mon goût.

Mais au final, un excellent film néanmoins, qui prouve que le défunt réalisateur vaut bien mieux que les clichés auxquels on l'a souvent cantonné. Quand la matière même d'un métrage se fait sujet d'expérimentation, allié à un scénario classique mais solide et à une excellente interprétation, cela donne un film d'une grande envergure, brûlant d'un feu ardent.
A voir et à revoir, pour qui n'a pas peur du goût rance de la mort et de la vengeance.
Revenir en haut Aller en bas
 
[film] Man on Fire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» a film called "The road"
» La bande originale du film
» Harry Potter and The Goblet of Fire [Livre et Film]
» George Sand et Musset (film, romans, théâtre et lettres)
» Les acteurs du film

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La bibliothèque de l'Invisible :: Autres dimensions :: Films / Séries :: Autres-
Sauter vers: