La bibliothèque de l'Invisible

Si le monde réel manque parfois de magie, d'étoiles ou de frissons à votre goût, entre nos murs l'imaginaire et l'aventure ne seront jamais en reste.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Cleave Paul - Un père idéal

Aller en bas 

Vous avez aimé
Un peu
Cleave Paul - Un père idéal Vote_lcap10%Cleave Paul - Un père idéal Vote_rcap
 0% [ 0 ]
Beaucoup
Cleave Paul - Un père idéal Vote_lcap10%Cleave Paul - Un père idéal Vote_rcap
 0% [ 0 ]
Coup de coeur
Cleave Paul - Un père idéal Vote_lcap10%Cleave Paul - Un père idéal Vote_rcap
 0% [ 0 ]
Pas du tout
Cleave Paul - Un père idéal Vote_lcap10%Cleave Paul - Un père idéal Vote_rcap
 0% [ 0 ]
Total des votes : 0
 

AuteurMessage
Lady Swan
Initié
Initié
Lady Swan

Messages : 1959
Date d'inscription : 04/08/2010
Age : 23
Localisation : Québec

Cleave Paul - Un père idéal Empty
MessageSujet: Cleave Paul - Un père idéal   Cleave Paul - Un père idéal Icon_minitimeMer 2 Jan - 1:16

Cleave Paul - Un père idéal 41GxLeKLJOL._SL500__

Éditions: Le livre de poche
Nombre de pages: 432
Quatrième de couverture: Jack Hunter est un bon époux et un père idéal. Un homme bien qui n’a qu’une manie : il assassine les prostituées. Un jour, sous les yeux d’Edward, son fils de neuf ans, Jack, premier serial killer de l’histoire de Christchurch, est arrêté. Vingt ans plus tard, Edward est devenu à son tour un citoyen modèle. Comptable dans un cabinet d’avocats, il a tout fait pour oublier et faire oublier son passé. Mais quand sa femme est assassinée, c’est vers son père, toujours derrière les barreaux, qu’il se tourne. En quelques jours, la vie d’Edward va basculer dans l’horreur. Avec ce thriller glaçant et déroutant, l’auteur d’Un employé modèle impose un style tout à fait nouveau dans l’univers du polar.


Mon avis: C'est le second roman que je lis de Paul Cleave après Un employé modèle. J'avais énormément apprécier ma lecture et j'ai voulu renouveler mon expérience avec celui-ci. D'emblée je peux vous dire que j'ai un peu moins apprécier mais il reste tout même un excellent roman!

Nous sommes à Christchurch en Nouvelle-Zélande. Jack Hunter est en prison depuis 20 ans pour avoir assassiné au moins onze prostituées. Il est le premier tueur en série de l'histoire de la ville et ne remettra très certainement jamais les pieds dehors. Le fils de Jack, Edward vit une existence paisible de comptable avec sa femme et sa fille. Ils avaient plusieurs projets d'avenir dont celui d'acheter une maison plus grande. Lorsqu'ils se rendent à la banque quelques jours avant Noël, un braquage à lieu et la femme d'Edward, Jodie est assassinée. Terriblement accablé par la mort de Jodie, Edward n'a plus qu'une chose en tête: retrouver les assassins de sa femme et la venger. Son passé refait surface, les médias alimentent les ragots concernant l'hérédité du gêne de "tueur" qu'aurait pu hériter Edward de son père. C'est le début d'une longue déchéance pour le jeune homme.

Je vais m'efforcer de ne pas comparer ce roman à son prédécesseur car ils n'ont pas grand chose en commun. Si "Un employé modèle" était riche en humour noir et en cynisme et avait un ton assez léger celui-ci est plutôt riche en émotions et intense à lire. Il traite de sujets dont personne n'a réellement envie de parler. Le côté sombre de l'humanité, la mort d'un proche, d'un enfant (les parents de Jodie) et le meurtre. J'ai vu ici une percutante critique de la société en général. Le mode de vie des gens, leurs réactions face à divers situations, la justice laxiste, l'humanité dont devrait faire preuve les services de police.

L'histoire démarre très rapidement et nous tient en haleine jusqu'à la fin. Les actions s'enchaînent mêlant émotions et descriptions sanglantes.

Tout au long règne une atmosphère étouffante et cinglante. On dépeint la ville de Christchurch comme étant irrécupérable et au bord du gouffre. D'un côté nous avons Edward qui ne croit pas qu'elle puisse être sauvée et Schroder qui pense le contraire. Les horreurs qui ont pu se dérouler dans cette ville grâce à ses habitants l'ont fait tomber à un niveau si bas qu'il est difficile de remonter. C'est le cas pour beaucoup de villes du monde. Les personnages évoluent au coeur de cette déchéance et en sont le moteur principal. La narration faites par Edward est parfaite et frappante. Elle vient toucher une corde sensible au fond de nous-même. Victime? Bourreau? L'auteur nous laisse le verdict entre nos mains.

On se questionne aussi sur ce qui pousse un serial killer à tuer. L'origine de ses pulsions. On se demande si c'est héréditaire si l'enfant d'un monstre en devient nécessairement un. J'ai beaucoup aimé la façon dont on sépare "le monstre" d'Edward qui le pousse à commettre des actes ignobles de celui qu'on connait si bien. Ils sont en fait une seule et même personne mais il suffit de savoir les contrôler. Peut être avons-nous tous cette fibre meurtrière qui se terre quelque part au fond de nous-même? Qui sait? Le titre original du livre "Blood Men" reflète beaucoup mieux l'ensemble du roman que le titre en français. C'est un thème qui revient énormément lors des discussions entre Jack et Edward. En fait, c'est plutôt la phrase clé pour comprendre leur personnalité.

Je ne me suis pas réellement attaché à Jack Hunter mais c'est un personnage qui m'a réellement surpris. On s'attends à trouver un être froid et sans émotions croupissant au fond de sa cellule. Une pâle imitation de l'homme qu'il a jadis été mais il n'en est rien. Il a très certainement changé et évolué après toutes ces années.
J'ai cru en sa sincérité lorsqu'il revoit son fils après toutes ces années et malgré le dénouement j'y crois encore!

Quand à Edward vous l'aurez sûrement deviné je me suis réellement attaché à lui. L'intensité de son personnage, son côté sombre qui bascule de temps en temps. Un homme comme les autres qui tente de survivre à toutes les épreuves de la vie mais qui n'est pas du tout infaillible! J'ai bien aimé l'inspecteur Schroder par son humanité et son désir de sauver Christchurch et ses habitants. On sent que c'est un homme bon et prêt à tout pour exceller dans son travail et dans sa vie personnelle. J'aime bien la relation qui se développe entre Edward et lui. Peut-on appeler cela de l'amitié? Je ne suis pas en mesure de répondre à cette question!

Les descriptions sont tout simplement parfaites. Elles n'épargnent pas le lecteur tout en laissant notre imagination faire un bout de chemin. J'ai eu l'impression de marcher dans les pas des personnages et de vivre cette enquête. J'ai parfois trouvé que certaines descriptions des lieux traînaient en longueur mais rien d'assez long pour m'ennuyer.

En conclusion, je suis particulièrement surprise par cette lecture et je vais désormais suivre toutes les actualités de l'auteur car il est, sans aucun doute, un auteur à découvrir!


Revenir en haut Aller en bas
 
Cleave Paul - Un père idéal
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» RIP Paul le poulpe
» [Casting Terminé] Doublage Brickfilm _ Paul et Masbatt
» Paul-Jacques Bonzon en allemand
» Paul-Jacques Bonzon en Turc
» Cervières Paul

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La bibliothèque de l'Invisible :: Rayonnages invisibles :: Autres-
Sauter vers: