La bibliothèque de l'Invisible

Si le monde réel manque parfois de magie, d'étoiles ou de frissons à votre goût, entre nos murs l'imaginaire et l'aventure ne seront jamais en reste.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Stephen king - Le fléau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

vous avez aimé
un peu
0%
 0% [ 0 ]
beaucoup
0%
 0% [ 0 ]
coup de cœur
100%
 100% [ 2 ]
pas du tout
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 2
 

AuteurMessage
RickyLef
Thaumaturge
Thaumaturge
avatar

Messages : 269
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 55
Localisation : Châtellerault

MessageSujet: Stephen king - Le fléau   Jeu 17 Sep - 12:46

"Le fléau" (The stand)




Synopsis

Un virus s'échappe accidentellement d'une base de recherche épidémiologique et contamine la population américaine à vitesse grand V. Incompréhensiblement certaines personnes, très peu, ne sont pas atteint. Celle-ci commencent à rêver de Mère Abigail, une vieille dame noire qui joue de la guitare sous le préau de sa maison entourée de champs de maïs et qui les enjoint à venir la retrouver, mais aussi d'un être malfaisant, Randall Flagg. Chaque protagoniste va alors se mettre en route, pour reformer une nouvelle communauté basée sur de nouvelles règles et reconstruire leur vie, d'un coté et de l'autre, pour rejoindre les forces du mal dirigées par le diabolique Randall Flagg

Mon avis
Spoiler:
 

Je me suis fait le téléfilm juste après avoir refermé le livre et je peux donc assurer que l'adaptation est relativement fidèle, bien que des personnages de moindre importance disparaissent. L'essentiel y est restitué.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wat.tv/RickyLef
Zahila
Initié
Initié
avatar

Messages : 1629
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 31
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Jeu 17 Sep - 12:54

Je l'avais dévoré celui-ci!

Effectivement, il y a plusieurs parties distinctes dans le roman. Pour ma part, ce sont les premières que j'ai préférées, dans le sens où elles sont vraiment réalistes, je me suis souvent dit en lisant que ça pourrait vraiment arriver...
Revenir en haut Aller en bas
http://zahlya.wordpress.com
RickyLef
Thaumaturge
Thaumaturge
avatar

Messages : 269
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 55
Localisation : Châtellerault

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Jeu 17 Sep - 13:17

Tout a fait d'accord avec toi, Zahila!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wat.tv/RickyLef
Lucy
Initié
Initié
avatar

Messages : 1368
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 29

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Jeu 17 Sep - 18:09

Le Fléau, mon best après Ça (Je crois que j'aime les gros pavés )
Rien que l'idée me donnait envie ! Le début est tout simplement horrible... Tous ces morts, la façon dont les mourants sont décris est vraiment abominable.
Le plus horrible dans l'histoire, comme vous le dites, c'est que ça pourrait nous arriver. Bref j'ai adoré le début apocalyptique du roman.
La façon dont s'organise les groupes de survivants ma énormément plu aussi, bien que je me serais passé de son côté religieux : étant athée, ça devient vite gavant.
La fin m'a étonnée, vu que je m'attendais à une bonne grosse bataille bien sanglante, au vu des préparatifs mais King a été beaucoup plus fin. (quoique, plus j'avançais dans l'histoire et plus je doutais de mon pronostic)
Enfin, j'aime bien quand même les trucs bourrins :'(
Revenir en haut Aller en bas
Steve
Initié
Initié
avatar

Messages : 1810
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 35
Localisation : Briançon

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Jeu 17 Sep - 18:47

J'avais crée un topic-synthèse à l'époque sur le forum SK, tellement ce livre m'avait marqué.
Je peux vous le copier/coller ici, mais je vous préviens, c'est du bon pavé !

Sinon, c'est un de mes King préférés, dans mon Top5 haut la main, en compagnie de Ca, Simetierre, Desolation et Les Tommyknockers Wink
Revenir en haut Aller en bas
lanfear
Archimage
Archimage
avatar

Messages : 4896
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 41

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Ven 18 Sep - 8:16

Je l'ai vraiment adoré celui-là, je trouve que c'est l'une des histoires les plus terribles de SK.
Revenir en haut Aller en bas
scifi
Gardienne
Gardienne
avatar

Messages : 8340
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Ven 18 Sep - 10:21

L'un de mes premiers SK. Je devais avoir l'air d'une droguée en plein trip quand je l'ai lu, les yeux exorbités, sourde et muette à tout ce qui était autour^^. Je l'avais lu d'une traite, et après l'avoir fini, j'ai longtemps eu l'impression que je m'y trouvais encore, d'être hantée par les personnages et par ce monde que la bêtise et l'avidité ont décimé.

Steve => Tu peux y aller franco pour le copier-coller, on tiendra le choc^^.

_________________

Bienvenue à la Bibliothèque de l'Invisible Invité.



Pensez à lire le règlement



Merci de passer par la case présentation
Oui, même les fées jouent au Monopoly



Prière de bannir le langage sms les muses du forum n'apprécient pas



Que règnent l'entente et la bonne humeur
Revenir en haut Aller en bas
http://labiblioinvisible.forumsactifs.net
ptitekyra
Apprenti
Apprenti
avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 29
Localisation : Côte d'Or

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Sam 19 Sep - 13:00

Ce livre est également dans mon top 5. Je l'ai adoré ! Je venais tout juste de le finir que j'avais déjà envie de le relire. Je me suis attachée plus particulièrement à Nick Andros et Larry Underwood
Spoiler:
 
.
J'ai vu l'adaptation tv juste après ma lecture, elle est assez fidèle mais certains passages ont été zappés ou modifiés et ça m'a énervée, j'ai horreur qu'on adapte mal un livre (ce qui est souvent le cas malheureusement) et certains personnages ne collent pas avec ceux du livre... Par exemple Nick Andros qui devient blanc Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Sandie
Initié
Initié
avatar

Messages : 1404
Date d'inscription : 02/09/2009

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Sam 19 Sep - 15:03

Houlàà! ça fait si longtemps que je l'ai lu celui-là! Dans mes premiers Kings je pense. J'en garde un très bon souvenirs, même si la taille du pavé m'a retenue de le relire.
Un bouquin très intense en tous cas, prenant dès le début.
Revenir en haut Aller en bas
Steve
Initié
Initié
avatar

Messages : 1810
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 35
Localisation : Briançon

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Sam 19 Sep - 15:59

ATTENTION, CE MESSAGE CONTIENT DE NOMBREUX SPOILERS !!
(je le précise maintenant pour ne pas avoir à spoiler la totalité du message lol)




Bon, je vais tenter d'expliquer ici pour quelles raisons j'ai adoré ce bouquin et pourquoi il m'apparait, jusqu'ici, comme une des oeuvres de King les plus riches et les plus abouties (en dehors de la Tour Sombre, bien entendu).

Le Fléau, c'est l'histoire d'un virus mortel et extrement contagieux, c'est le récit du déclin et de l'effrondrement de la civilisation telle que nous la connaissons, ce à quoi pourrait finalement ressembler la fin du monde si un tel fléau s'abbatait réellement sur nous.
J'en ai souvent parlé, mais je trouve que ce roman a un fort arrière-gout de Désolation (mais en fait c'est plutot le contraire) : meme parfum d'apocalypse et cette idée similaire de l'affrontement du bien entre le mal, sujet assez récurrent dans la littérature d'horreur en general et encore plus chez King, mais qui trouve ici un écho très fort en raison de son sujet meme et des différents thèmes abordés.
Tout comme Désolation, on retrouve le camp des "gentils" menés par l'image de la bonté meme et de la pureté (mère Abigaël dans Le Fléau et David dans Désolation) et le camp des "méchants" dirigé par l'incarnation du Mal (Randall Flagg ici, Tak dans Désolation). Et dans les deux romans, toujours ce manichéïsme caracterisé mais aussi ses figures christiques, ses symboles, ses references religieuses (Abigaël et David partageant un lien unique avec Dieu, ces derniers accomplissant Sa volonté et agissant en Son nom), tout ce bagage théologique qui propulse l'histoire bien au-dela de son simple postulat de départ - la destruction de la société et de la civilisation.
Les liens entre les 2 romans sont évidents et nombreux et avec le recul on pourrait presque voir Désolation comme une espèce de "complément" ou de suite au Fléau, à une echelle certes plus réduite mais lui aussi marqué par la menace du desastre et ce souffle épique qui avait déjà fait frémir les lecteurs presque 20 années plus tot...

Pour ce qui est du Fléau, la valeur symbolique du concept bien/mal ne se vérifie jamais mieux que dans ses propres representants : Mère Abigaël est une vieille femme humble et genereuse, vivant seule et dans le dénuement le plus complet, loin de la ville. Dans son sillage on assiste à des miracles (les douleurs de Fran qui disparaissent dès que la vieille femme lui aggrippe le bras) et elle-meme possède certains dons de voyance ou de prémonition. Quant à Flagg, il possède une force physique redoutable, enflamme ou calcine des objets avec un simple regard, levite au-dessus du sol et se fait obéir des animaux. Il a aussi son Oeil, grâce auquel il peut projetter son esprit et ses yeux loin devant lui afin de proteger ses arrières.
Ils sont tous deux l'incarnation meme des valeurs auxquelles ils sont rattachés et bien qu'étant "humains", ils possèdent aussi une dimension spirituelle leur conférant une aura mystique qui consolide toute la thématique théologique et religieuse de l'oeuvre.
Ce n'est plus une vieille noire un peu illuminée et un jeune loup légèrement fou qui se battent, mais bien la transposition Kingienne de l'eternelle lutte entre le bien et le mal - orchestrée ici de main de maitre et avec toute la puissance d'evocation qu'on est en droit d'attendre d'une telle confrontation.
Toujours au niveau des symboles, il y aussi les lieux : Las Vegas, repaire de Flagg et des siens est la capitale du jeu (donc du vice), du mensonge et des faux-semblants perdue au milieu d'un desert sans vie; tandis que la Zone Libre, quartier général de Mère Abigaël se situe dans une zone de montagnes et de plaines, au plus proche de la nature (ramenant la condition humaine à quelque chose de plus élémentaire : toujours cette volonté d'humilité et d'abnegation).
Bref, il y a une grande richesse, une grande cohérence dans la thématique religieuse et spirituelle dans Le Fléau et les exemples precedents ne sont que les plus evidents!

Au-dela des references bibliques et de l'affrontement "mystique" entre ces deux camps, on retrouve aussi cet aspect spirituel au-travers des héros : chaque personnage poursuivant son propre chemin de croix, chacun ayant sa face obscure. Tout n'est jamais blanc ou noir et même les collaborateurs de Flagg possèdent leur part de bonté. Tous possèdent cette part d'humanité qui les rend proches de nous, quels que soient leurs choix ou leurs actions.
Peut-etre une façon pour King de nous dire que les choses ne sont jamais aussi simples et binaires qu'elles peuvent en avoir l'air.
La scène de la "mutinerie" avant l'explosion de la bombe en est un très bon exemple : meme au pays du mal, il y a toujours quelque chose à sauver Wink
Les racines sont peut-etre pourries mais ça ne veut pas dire que tous les fruits seront nécessairement mauvais...

Allez, une ptite image juste pour le plaisir des yeux (c'est l'heure de la pause):


Autre aspect interessant, outre son aspect religieux et théologique (peut-etre trop appuyé, diront certains), on y trouve une critique acerbe du gouvernement americain au travers son organe militaro-politique.
On ne s'etonnera pas par ailleurs de voir SK publier quelques années plus tard dans le recueil du même nom sa nouvelle Brume, dont le point de départ est également une experience scientifique dirigée par l'armée qui a mal tourné. Sauf que dans le cas de The Stand, il s'agit d'un virus extremement virulent et contagieux qui décimera 90% de la société americaine et le ton du roman ne se voulant pas très optimiste, on peut s'imaginer qu'il en sera rapidement de même pour le reste du monde.

Meme si King a ecrit bcp d'histoires très sombres, celle-ci restera une de ses plus noires, les plus pessimistes et fatalistes, parlant de cette calamité comme une chose inévitable qui était non seulement hautement prévisible mais qui se renouvellera probablement dans les années à voir.
Il n'y à qu'à voir les prédictions du sociologue Glen Bateman sur les probabilités qu'une telles chose se reproduise en analysant la façon qu'ont les gens de se comporter en masse pour prendre conscience de ce constat. Triste mais réaliste. En lisant entre les lignes, c'est tout le doute, l'appréhension, la rancoeur et le mépris de King envers son gouvernement qui apparait dans ce roman et il ne manquera jamais une occasion d'egratigner "l'american dream" en faisant passer les dirigeants du pays pour des falisificateurs, des conspirateurs, des menteurs ou des tueurs selon les moments.
Aucun doute que l'ecrivain est très amer envers son pays et la façon qu'a ce dernier d'agir ou de commander dans l'ombre (on retrouvera d'ailleurs cette haine - ou cette peur - des groupuscules secrets au service du pays dans Charlie, au travers de La Boite).

Toujours dans la critique de certaines institutions de son pays, King pointe aussi du doigt sur cette société de consommation où l'homme devient peu à peu esclave de ses biens matériels, des produits qu'on lui vend ou des machines.
Le monde est à l'agonie mais les machines, elles, marchent toujours.
Toutefois, sans les hommes qualifiés pour les manoeuvrer elles ne deviennent que des cadavres mécaniques, au même titre que leurs créateurs exterminés par le virus et les survivants se voient contraints de revenir à des valeurs plus saines, plus simples, plus naturelles.
Et ce n'est qu'une fois revenu à ces bases plus saines que la vie pourra reprendre son cours... c'est d'ailleurs dans ces moments-là que Le Fléau montre sa face la plus optimiste et humaniste : tant que certains hommes de bonne volonté seront là, il y aura toujours de l'espoir Cool



Quelques détails qui m'ont un peu surpris, toutefois : il y a certaines incohérences ou mystères temporels que j'ai trouvé déconcertants.
Dans son prologue, King précise que cette "nouvelle" version est en fait la vision d'origine qu'il avait du roman, certains passages ayant été coupés lors de sa parution originale en 1978. Dans ces pages, il y a par exemple une allusion à une certaine ecrivaine de Haven (Bobby Anderson), sauf que les Tommyknockers n'a été ecrit qu'en 1987. Il fait aussi allusion à Georges Bush plusieurs fois... peut-être qu'à l'epoque, le personnage était déjà un homme politique assez influent aux states mais la façon dont cela est amené à chaque fois me laisse penser qu'il avait le Président Bush en tete en ecrivant, lequel n'a été élu qu'à la fin des années 80 (ou en 1990, me souvient plus trop).
Mais le plus troublant reste encore cette mention à Rambo 5 (la serie s'est arreté au 3e episode mais là n'est pas la question), car le premier épisode de la serie étant sorti au tout début des années 80 - 1982, je crois - King n'avait aucun moyen de pouvoir en parler en 1978. Malgré ses affirmations de n'avoir que réincorporé les passages manquants de la première version, tout porte à croire qu'il n'a pas pu s'empecher quelques rajouts lors de la 2e sortie du roman en 1990.
Ce n'est pas bien grave cependant ; au contraire, ça nous permet d'apprécier l'histoire avec des repères temporels plus proches de notre époque et donc rentrer encore plus facilement dedans !

Stephen King signe avec ce roman une de ses oeuvres les plus abouties, les plus complètes et ambitieuses et c'est d'autant plus marquant qu'il est encore à ce moment-là dans la jeunesse de sa carrière. C'est peut-etre justement cette "fougue" qui rend Le Fléau si excitant, roman typique d'un époque où le romancier pouvait accoucher de concepts géniaux et ambitieux aussi facilement que certains se brossent les dents. Viendront ensuite les années 80 avec la consécration, le succès et la notoriété, ainsi que certains de ses plus grands romans (Ca, Simetierre, Misery, Cujo et bien d'autres).
Donc, à tous les titres Le Fléau est un roman exceptionnel et bien entendu indispensable pour tout "fan" qui se respecte : je ne saurais que trop le conseiller à tous ceux qui ne l'ont pas encore lu !

Voilà, c'est à peu près la synthèse de tout ce que j'ai retenu d'intéressant de ce livre, mais bien entendu on y retrouve aussi tout ce qui fait d'un livre de King un bon roman : des personnages nombreux et attachants - ici vraiment TRES nombreux, à un tel point que j'ai souvent dû revenir en arrière ou relire certains passages pour m'y retrouver -, de l'humour, une psychologie toujours très poussée, autant pour les personnages que dans leurs interactions, une ecriture comme d'habitude très agreable, etc.
J'ai beaucoup aimé le personnage tourmenté de Harold (entre autres).
Le nombre de pages n'est ici vraiment pas un problème, c'est même plutôt une bénédiction, vu la profusion de thèmes traités et l'ambition du projet. Il y a une résonance épique et sauvage tout au long des 1200 pages de ce bouquin, qui éclate parfois comme une giclée d'acide et qui éclaboussent certains passages d'une classe majestueuse, d'une beauté incandescente... à en tomber par terre !
D'ailleurs, et ce n'est pas que l'utilisation commune de l'Oeil qui me fait penser ça, mais je retrouve un peu de ce caractère épique (et parfois un peu solennel) dans Le Seigneur Des Anneaux, ou plutôt, je retrouve un peu le caractère epique du SDA dans Le Fléau, je ne sais pas si certains de vous ont eu cette impression mais moi ça m'a sauté en pleine figure quasiment dès le début...
Sûrement un petit clin d'oeil de King à Tolkien, ne sachant peut-etre pas à l'epoque jusqu'où aller le mener sa Tour Sombre Wink

Le seul truc que j'ai trouvé un peu moyen est la fin (l'explosion atomique) vite expediée, ça m'a laissé un ptit gout de baclé dans la bouche. Peut-etre King voulait-il en finir rapidement avec son méchant ou peut-etre n'avait-il pas réussi à le supprimer de façon assez convaincainte au vu de ses formidables pouvoirs, toujours est-il que ça m'a un peu laissé sur ma faim...
Mais bon, vu la qualité de l'ensemble, je serais bien bête de me plaindre d'un si petit detail : ce livre reste de toutes façons une vraie merveille !

Bon, je parle, je parle, mais si je continue ainsi je ne vais jamais pouvoir m'arreter lol donc pour résumer, je suis tombé amoureux du Fléau pour à peu près toutes les raisons mentionnées plus haut et ce dernier est instantanément rentré dans mon top5 (juste à coté de Désolation, tiens!).
Désolé si le pavé est un peu gros, mais il fait partie de ces romans sur lesquels il y a tellement de choses, de sujets et de thématiques à aborder qu'on pourrait y passer des heures.
Bon voilà, c'est fait !
Si vous voulez réagir ou ajouter qqchose... Razz

et une ptite dernière pour terminer en beauté !
Revenir en haut Aller en bas
scifi
Gardienne
Gardienne
avatar

Messages : 8340
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Sam 19 Sep - 21:16

Avis plus qu'étoffé en effet et très intéressant ! Smile

Steve a écrit:
Quelques détails qui m'ont un peu surpris, toutefois : il y a certaines incohérences ou mystères temporels que j'ai trouvé déconcertants.
Dans son prologue, King précise que cette "nouvelle" version est en fait la vision d'origine qu'il avait du roman, certains passages ayant été coupés lors de sa parution originale en 1978. Dans ces pages, il y a par exemple une allusion à une certaine ecrivaine de Haven (Bobby Anderson), sauf que les Tommyknockers n'a été ecrit qu'en 1987. Il fait aussi allusion à Georges Bush plusieurs fois... peut-être qu'à l'epoque, le personnage était déjà un homme politique assez influent aux states mais la façon dont cela est amené à chaque fois me laisse penser qu'il avait le Président Bush en tete en ecrivant, lequel n'a été élu qu'à la fin des années 80 (ou en 1990, me souvient plus trop).
Mais le plus troublant reste encore cette mention à Rambo 5 (la serie s'est arreté au 3e episode mais là n'est pas la question), car le premier épisode de la serie étant sorti au tout début des années 80 - 1982, je crois - King n'avait aucun moyen de pouvoir en parler en 1978. Malgré ses affirmations de n'avoir que réincorporé les passages manquants de la première version, tout porte à croire qu'il n'a pas pu s'empecher quelques rajouts lors de la 2e sortie du roman en 1990.
Ce n'est pas bien grave cependant ; au contraire, ça nous permet d'apprécier l'histoire avec des repères temporels plus proches de notre époque et donc rentrer encore plus facilement dedans !

Je ne crois pas vraiment spoiler en disant cela - tous les romans de l'auteur y faisant une ou plusieurs apparitions tôt ou tard - mais je trouve qu'il s'en sort plutôt bien pour justifier ces quelques incohérences dans "La tour Sombre".

_________________

Bienvenue à la Bibliothèque de l'Invisible Invité.



Pensez à lire le règlement



Merci de passer par la case présentation
Oui, même les fées jouent au Monopoly



Prière de bannir le langage sms les muses du forum n'apprécient pas



Que règnent l'entente et la bonne humeur
Revenir en haut Aller en bas
http://labiblioinvisible.forumsactifs.net
Steve
Initié
Initié
avatar

Messages : 1810
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 35
Localisation : Briançon

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Dim 20 Sep - 8:23

Alors je te répondrais en temps et en heure, dès que j'aurais bouffé les quelques milliers de pages de la TS lol mais en attendant, je trouve cela tout de même très étrange...

(et en relisant cette petite "synthèse", ça me fait penser que j'ai toujours rien fait sur les Tommyknockers... ça ne saurait tarder, hé hé hé)
Revenir en haut Aller en bas
Lucy
Initié
Initié
avatar

Messages : 1368
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 29

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Lun 21 Sep - 20:13

wooh, ton post décoiffe Steve !! Je le lirais plus tard mais... J'en salive d'avance bounce bounce bounce

Par contre un point ou je suis d'accord avec toi, c'est que Stephen King imagine des "méchants" super et au final il ne les exploitent pas assez, comme on a pu le voir dans la Tour Sombre
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
tabula rasa
Initié
Initié
avatar

Messages : 1688
Date d'inscription : 30/11/2009
Age : 41

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Lun 30 Nov - 22:03

J'ai complètement calé sur celui là. Je n'ai pas réussi à rentrer dedans et je l'ai abandonné au bout de 100 pages. J'ai jamais eu envie de réessayer.
Revenir en haut Aller en bas
Lady Swan
Initié
Initié
avatar

Messages : 1941
Date d'inscription : 04/08/2010
Age : 21
Localisation : Québec

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Sam 19 Fév - 0:41

J'ai lu ce livre il y a quelques temps.J'avais beaucoup apprécier l'idée, les personnages et surtout le fait que "ça pourrait peut être arriver" à la base de l'histoire!
Je garde un excellent souvenir de ce livre.Je n'ai jamais lu la suite...Il faudrait que je relise le tome 1=)
Revenir en haut Aller en bas
Kaboume
Adepte
Adepte
avatar

Messages : 2697
Date d'inscription : 13/08/2010
Age : 33
Localisation : Québec

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Dim 20 Fév - 1:39

il a l'air intéressant! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Anaëlle
Sourcelier
Sourcelier
avatar

Messages : 6155
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 39

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Mer 29 Juin - 8:32

Je poursuis ma route dans les lectures (et/ou relectures) des œuvres de Stephen King. Celui-ci, je l’avais déjà lu, mais il y a de nombreuses années, je n’en gardais que peu de souvenirs, ça a donc presque été une découverte, et j’ai passé un très bon moment.

J’ai l’impression que les meilleurs histoires de Stephen King sont souvent les plus longues, quand il peut, comme ici, s’étaler, prendre sont temps et développer de multiples personnages, c’est encore plus captivant je trouve.

A propos de l’histoire en elle-même, j’ai aimé que le récit prenne le temps de se pencher sur ce qu’il se passerait après une catastrophe comme celle-là, comment la société choisirait de se reformer, d’évoluer, ou pas, je trouve cet aspect passionnant.
Le plus terrible, n’est pas seulement l’horreur de ce qui se produit, mais de voir que quoi qu’il arrive, l’humanité risque de malheureusement continuer éternellement dans cette mauvaise voie et de ne pas comprendre la leçon d’un tel drame, de juste reprendre et poursuivre là où elle s’était arrêté avant…
Ce n’est pas très optimiste, mais très réaliste je trouve.

L’aspect que je trouve aussi très intéressant dans l’histoire, c’est le rapport entre les hommes et les femmes, la façon dont les hommes reprennent le pouvoir d’une certaine façon dans cette société fragilisé, ça montre bien à quelle point (et on le voit tous les jours dans notre vie quotidienne, pas besoin de lire de la Science-fiction pour cela malheureusement) les progrès apportés à la condition des femmes ces dernières décennies sont fragiles et instables. Je pense que c’est très réaliste.
Beaucoup d’hommes ne demandent qu’à faire jaillir la violence qui se cache au fond d’eux et c’est encore plus facile en s’en prenant aux femmes…
Et d’autres seront simplement ravis de laisser ressortir leur côté « macho »... J’aimerais qu’il en soit autrement, mais malheureusement, je pense si notre société se retrouvait dans une situation comme celle-ci, les femmes seraient sans doute vite écrasées.
D’ailleurs, les personnages masculins sont ici bien plus intéressants que les féminins je trouve (qui dans l’ensemble, sont quand même assez nais voir pénibles…). Ceci dit, c’est souvent le cas dans les histoires de Stephen King, mais ici, je trouve que ça a du sens.

Du côté des points faibles, j’ai trouvé Flagg un peu décevant finalement, on l’attend longtemps, tout le monde le crains sans le connaitre, et au bout du compte, on le voit très peu, et il n’est finalement pas si terrible je trouve. J’ai trouvé ça assez décevant… Sa « confrontation finale » est aussi un peu bâclée je trouve, même si l’effet de surprise fonctionne, on aurait quand même aimé un peu plus…
C’est d’ailleurs un des défauts de Stephen King je trouve, pas bien grave, ça ne détruit pas l’histoire, mais il a souvent du mal à bien conclure ses récit je trouve, comme si le chemin parcouru avait finalement plus d’importance et qu’il ne savait pas comment (ou ne voulait pas ?) se séparer des personnages et de l’univers qu’il a créé.

J’ai aussi trouvé parfois les bondieuseries un peu trop présentes et inutiles (il y aurait très bien pu y avoir une dimension spirituel sans pour autant ajouter Dieu à toutes les sauces…), mais là encore, c’est un travers récurent chez l’auteur.

Ceci dit, ce ne sont que des petits détails, et ils ne m’ont pas gâché mon plaisir, «Le Fléau» se dévore tout seul, on est pris dès le départ dans l’histoire, on s’attache vite aux personnages (certains nous touchent, d’autres nous révulsent) et plus on avance, moins on arrive à poser le livre !



PS: Steve : A propos de la présence de Georges Bush, moi, j’ai cru qu’il s’agissait du père, non… ?
Revenir en haut Aller en bas
http://l-imaginarium.forumactif.org/index.htm
Lucy
Initié
Initié
avatar

Messages : 1368
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 29

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Mer 29 Juin - 11:37

Le rôle que tient le personnage de Randall Flagg dans les divers romans de Stephen King m'a toujours un peu déçu et encore plus dans la Tour Sombre
SPOILER TOUR SOMBRE TOME 7
Spoiler:
 
J'ai trouvé ça un peu abusé quand même car vu l'importance que ce personnage à dans l'univers qu'à crée Stephen King, je trouve ça dommage qu'il reste toujours en retrait. Et du coup, il ne fait pas aussi menaçant qu'il devrait l'être... Y compris dans Le Fléau.
Revenir en haut Aller en bas
Anaëlle
Sourcelier
Sourcelier
avatar

Messages : 6155
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 39

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Mer 29 Juin - 11:39

Oui, je trouve qu'il aurait mérité de prendre plus d'ampleur, d'être plus développé, il est finalement plutôt décevant comme méchant. Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://l-imaginarium.forumactif.org/index.htm
Erestor
Adepte
Adepte
avatar

Messages : 2399
Date d'inscription : 30/01/2010
Age : 35
Localisation : Québec

MessageSujet: Fléau   Dim 29 Avr - 12:12

Edit scifi [Copié-collé depuis "Lectures d'avril]

Steve a écrit:
Ooooh que oui ! Le Fléau c'est un des TOP 5 de SK à mon avis, avec Simetierre, Ca et compagnie.
Du très très bon Stephen King, tu vas te régaler Erestor ! Wink

Je me régale déjà ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lecture-evasion.com
Salinger
Initié
Initié
avatar

Messages : 1449
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Lun 30 Avr - 8:26

Je ne dois pas être fait comme vous car moi, je n'ai absolument rien ressenti en lisant "Le Fléau" Suspect Suspect
Une fois la dernière page terminée, je me suis dit : "Euh, c'est tout ? Tout ça pour ça ?"
J'ai bien aimé mais bon, sans plus quoi. Faudrait peut-être que je le relise pour essayer d'avoir un avis différent, mais bon, je me dis autant de pages pour peut-être ressentir la même chose, ça freine un peu quoi...


Dernière édition par Autessio le Lun 30 Avr - 9:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zahila
Initié
Initié
avatar

Messages : 1629
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 31
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Lun 30 Avr - 9:23

Un peu pareil que toi Autessio, je me souviens avoir trouvé que ça retombait en soufflé raté sur la fin^^
Revenir en haut Aller en bas
http://zahlya.wordpress.com
scifi
Gardienne
Gardienne
avatar

Messages : 8340
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Lun 30 Avr - 16:04

Je mets vos avis ici; vu qu'on a le sujet ouvert sur le livre, c'est mieux de les mettre ici. Wink

_________________

Bienvenue à la Bibliothèque de l'Invisible Invité.



Pensez à lire le règlement



Merci de passer par la case présentation
Oui, même les fées jouent au Monopoly



Prière de bannir le langage sms les muses du forum n'apprécient pas



Que règnent l'entente et la bonne humeur
Revenir en haut Aller en bas
http://labiblioinvisible.forumsactifs.net
Erestor
Adepte
Adepte
avatar

Messages : 2399
Date d'inscription : 30/01/2010
Age : 35
Localisation : Québec

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Mar 1 Mai - 22:29

Ça fait peur pareil...

Spoiler:
 

J'aime déjà la tournure de l'histoire. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lecture-evasion.com
Kaboume
Adepte
Adepte
avatar

Messages : 2697
Date d'inscription : 13/08/2010
Age : 33
Localisation : Québec

MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   Mer 2 Mai - 1:21

Hmm.. j'ai envie de le lire depuis longtemps
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Stephen king - Le fléau   

Revenir en haut Aller en bas
 
Stephen king - Le fléau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Cujo - Stephen King (1981)
» DANSE MACABRE de Stephen King
» LA BALLADE DE LA BALLE ELASTIQUE... de Stephen King
» COEURS PERDUS EN ATLANTIDE de Stephen King
» Connaissez-vous vraiment l'univers de Stephen King ? (Quizz)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La bibliothèque de l'Invisible :: Rayonnages invisibles :: Fantastique / Horreur-
Sauter vers: