La bibliothèque de l'Invisible

Si le monde réel manque parfois de magie, d'étoiles ou de frissons à votre goût, entre nos murs l'imaginaire et l'aventure ne seront jamais en reste.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jérôme Noirez - Le diapason des mots et des misères

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sandie
Initié
Initié
avatar

Messages : 1399
Date d'inscription : 02/09/2009

MessageSujet: Jérôme Noirez - Le diapason des mots et des misères   Mer 12 Oct - 7:28



Au diapason des mots et des misères humaines s'accordent et s'entremêlent les âmes et les sons, les voix polyphoniques et les corps dissonants, l'écho du métronome de nos coeurs assassins, et la verve et le fiel et les espoirs déçus.
Lisez et écoutez ces quinze morceaux, au fil desquels Jérôme Noirez compose une symphonie sublime, où le tragique côtoie le grotesque dans une sarabande aussi implacable qu'infernale.

Conteur et musicien, Jérôme Noirez est l'auteur d'une dizaine de romans pour les adultes (Féérie pour les ténèbres, Leçons du monde fluctuant) et pour les adolescents (Fleurs de dragon, L'empire invisible, Le chemin des ombres), au fil desquels s'est affirmé un imaginaire à nul autre comparable.
Les nouvelles composant Le diapason des mots est des misères sont sans doute ses écrits les plus personnels et témoignent qu'il est indiscutablement l'une des nouvelles voix de la littérature française.


Avis perso:

Un petit voyage dans le glauque absolu et l'horreur profondément enfouie en chacun (tout ce qui vous fait peur, il l'exhume avec un rare talent). Toutes les nouvelles ne m'ont pas plus, mais certaines ont fait mouche et m'ont emplie de fascination malsaine.
En ce qui concerne la plume, je crois que tout est dit dans la postface de Dufour:
"Chez Jérôme Noirez, on trouve un peu plus de pus que chez Xavier Mauméjean, un peu plus d'enfants morts que chez Thomas Day, beaucoup plus de moisi que chez Bukowski, et une empathie avec la souffrance des personnages qui rappelle Stephen King".
Oui, je crois que ça donne une vague idée du malin plaisir que prend Noirez à massacrer scrupuleusement notre quotidien.
Une seule petite critique peut être: A force de suggestion plus que d'explications sur certains phénomènes et situations, on décroche parfois un peu et on ne parvient pas tout à fait à plonger dans la fange. mais ça ne s'applique qu'à certaines histoires.

Voici un petit aperçu de chacune des nouvelles selon moi-même:

Impasse des mirages:
Une jolie balade, légère et épurée, comme racontée par Le Clezio dans "Peuples du ciel". Un mysticisme qui s'approprie petit à petit l'histoire et qui a fini par m'emporter.

Bolex:
Ouh là! Petite plongée dans un monde comme il les aime tant: la misère humaine poussée à son extrême et des phénomènes qui ne trouveront pas d'explications, nous laissant seulement la surprise et la tristesse.

La ville somnambule:
J'ai eu un peu de mal avec celle là, et je n'ai accroché qu'à l'entrée de la ville, où je me suis sentie sacrément mal. Crise de claustrophobie assurée!

Kesu, le gouffre sourd:
Pô compris celle là... trop mystique pour moi!

L'apocalypse selon Huxley:
Souvent décrite comme la plus réussie du recueil, je ne l'ai trouvée que divertissante. Encore une fois, la subtilité avec laquelle l'auteur distille ses informations me laisse perplexe.

Nos aïeuls:
Une de mes préférées. Le plaisir avec lequel cet auteur pervertit les choses les plus saines me laisse vraiment sur le ***. ça rend l'horreur encore plus noire et la solitude plus profonde. La première nouvelle du recueil (mais pas la dernière) qui ressemble à un cauchemar d'enfant. Je ne sais pas de quoi a été faite l'enfance de Noirez, d'ailleurs, mais ça n'a pas du être tout rose! Ou alors il est juste fou à lier!

Berceuse pour Myriam:
La suite de "Nos aïeuls", je dois avouer (même pas honte) que je ne l'ai pas lue. J'ai du mal à entrer dans ce genre d'ajouts, surtout quand la nouvelle se suffit à elle même.

Feverish train:
Ah!! Qu'est ce que je l'ai aimée! Un énorme délire paludique, un peu à la LA parano. Gros moment d'éclate en ce qui m'a concernée.

Le diapason des mots et des misères:
J'ai déjà dis que l'auteur se contentait de raconter sans jamais expliquer. Ici, pour moi, il a dépassé les bornes. L'étrange est toujours le bienvenu, mais un minimum de compréhension m'est toutefois nécessaire pour que je voyage. Là je suis restée complètement en dehors.

La grande Nécrose:
Beuuuurk! Le malsain n'est jamais assez profond pour Noirez on dirait... Un monde dans lequel les cadavres sont employés par la police et font partie du paysage... carrément gerbant!

Maison monstre:
Géniale celle là. Le petit chaperon noir au pays de l'horreur. J'ai vraiment adoré, et regretté qu'elle soit si courte.

Stati d'animo:
Encore un gros délire dans un monde qui a très, très mal tourné. Concentration de glauque et de malsain, odieux personnages qui imposent par la technologie leur voix au monde, extra terrestres toxiques et terrorisme subliminal... pas étonnant que les personnages soient complètement dingues!

Contes pour enfants morts-nés:
Et oui, comme l'annonce cette partie du bouquin, Noirez n'a aucun tabous en ce qui concerne l'horreur, il s'amuse de tout, en particulier si ça choque et que ça perturbe. en tous cas, on est prévenus!

Shirley's doll:
Juste savoureux. Encore une fois on pervertit le joli pour en faire de l'affreux. Je me suis sentie pousser des ailes de sale gamine.

L'enfer des enfants pas sages:
Avec la dernière, cette nouvelle est celle qui m'a le plus perturbée. On plonge tout au fond de l'abominable (je commence à manquer d'adjectifs immondes). A la fois poétique, comme la plupart des histoires, et d'une cruauté sans bornes. Mais jusqu'où ce mec est-il capable d'aller??

La leçon de piano:
Voilà la parfaite fin de ce recueil. Tout est dit dans cette nouvelle. La torture quotidienne qui est la vie des habitants de Noirez-land. Appliquée aux enfants, c'est encore plus efficace. Le sadisme atteint des sommets, raconté avec une distance glaciale par les suppliciés qui n'ont plus rien d'humain.
Juste terrifiant!

Revenir en haut Aller en bas
scifi
Gardienne
Gardienne
avatar

Messages : 8332
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Jérôme Noirez - Le diapason des mots et des misères   Mer 12 Oct - 7:53

Ce recueil me fait de l’œil depuis un bon moment, mais là, je dois dire que je bave tellement devant ton avis que je suis en passe de noyer mon PC.
J'aurais pas cru ça possible mais je commence à me sentir blasée quand je lis du Fantastique/Horreur. Et tomber sur résumé aussi prometteur que celui-là, avec en plus tous les bons avis - plus le tien - que j'ai vu dessus, c'est un coup à me le prendre, même si je dois l'acheter en broché. What a Face

_________________

Bienvenue à la Bibliothèque de l'Invisible Invité.



Pensez à lire le règlement



Merci de passer par la case présentation
Oui, même les fées jouent au Monopoly



Prière de bannir le langage sms les muses du forum n'apprécient pas



Que règnent l'entente et la bonne humeur
Revenir en haut Aller en bas
http://labiblioinvisible.forumsactifs.net
Sandie
Initié
Initié
avatar

Messages : 1399
Date d'inscription : 02/09/2009

MessageSujet: Re: Jérôme Noirez - Le diapason des mots et des misères   Mer 12 Oct - 15:22

Argh, c'est toi qui l'a offert à Steve et tu ne l'as pas lu avant? Moi je crois que j'aurai craqué Razz
Revenir en haut Aller en bas
scifi
Gardienne
Gardienne
avatar

Messages : 8332
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Jérôme Noirez - Le diapason des mots et des misères   Mer 12 Oct - 15:36

Des personnes dont les goûts sont très similaires aux miens l'ont beaucoup apprécié. Je le gardais dans un petit coin de ma tête, espérant (soupir) une sortie poche. Je voulais être sûre - 'fin autant que possible^^ - de trouver un livre qui lui plaise, un auteur français si possible et j'y ai tout de suite pensé. Si déjà toi, tu y as accroché, alors j'ai bon espoir pour lui, je croise les doigts en tout cas !

_________________

Bienvenue à la Bibliothèque de l'Invisible Invité.



Pensez à lire le règlement



Merci de passer par la case présentation
Oui, même les fées jouent au Monopoly



Prière de bannir le langage sms les muses du forum n'apprécient pas



Que règnent l'entente et la bonne humeur
Revenir en haut Aller en bas
http://labiblioinvisible.forumsactifs.net
scifi
Gardienne
Gardienne
avatar

Messages : 8332
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Jérôme Noirez - Le diapason des mots et des misères   Lun 7 Nov - 17:54

Ayé, je l'ai terminé. J'ai manqué de temps pour le lire d'une traite - il n'est pas bien épais - mais finalement, je préfère. Je crois qu'il y a une limite à la dose d'horreur et d'immonde qu'une personne peut absorber en une seule fois.
Alors :

"Impasse des mirages"
Je lui ai trouvé un parfum de tristesse et surtout de nostalgie à celle-là. Et le côté fantastique m'a prise un peu par surprise, je ne m'y attendais pas. J'ai bien aimé, sans plus.

"Bolex"
J'aime bien le ton de celle-là. Les monologues internes du personnages ont cette saveur acide de la lucidité mâtinée d'ironie mordante et imagée, juste comme je les aime. Et le final, jouissif !

"La ville somnambule"
Booooooof ! Je me suis ennuyée du début à la fin. Je l'ai subie stoïquement en attendant de passer à la nouvelle suivante.

"Kesu, le gouffre sourd"
Trop longue. ok, il fallait faire monter la tension, sinon ce "silence" serait tombé à plat; mais certains passages "explicatifs" m'ont un peu fait décrocher.

"L'apocalype selon Huxley"
Ma préférée du recueil. Bon sang, j'ai failli en faire pipi sur place tellement je rigolais. Entre le "tacos géant", l'huître version gore et autre "sas ouvert", j'ai adoré cette petite tranche de vie très inspirée et ses personnages. Et pourtant c'est féroce, c'est sans complaisance, c'est triste à en pleurer parfois mais c'est tellement extrême que je ne pouvais qu'en rire. J'en redemande !

"Nos aïeuls"
Abominable. Nauséeux. On me l'aurait racontée, ou je l'aurais lu plus jeune, je crois que j'en aurais cauchemardé*. (J'essaye de me persuader très fort que je suis trop âgée pour que ça m'arrive encore !))

"Berceuse pour Myriam"
Ouais, ben quand on est pas un pro du solfège, ça ne fait pas grand effet je trouve...

"Feverish train"
Oh la la, le délire ! XD La prochaine fois que je me tape une fièvre carabinée, j'essaye; ça avait l'air trop fun.

"Le diapason des mots et des misères"
J'ai été à la fois fascinée et horrifiée.
Spoiler:
 

"La grande nécrose"
Berk. Juste berk quoi. Heureusement qu'on a pas les odeurs en direct quand on lit parce qu'il faudrait protéger les pages des estomacs sensibles.

"Maison-monstre, cas numéro 186"
Un petit conte bien noir, macabre et impressionnant, juste comme je les aime.
En toute honnêteté, la petite fille m'a plus fichu les boules que la maison. On sent beaucoup de non-dits se cacher derrière. Des non-dits avec des dents et des griffes un peu trop longues pour être claires.

"Stati d'animo"
Tel est pris qui croyait prendre. Faut se méfier des victimes et des opprimés. Arrive un moment où expérience aidant, ils ont beaucoup plus de motivations et d'imagination que leurs persécuteurs en ce qui concerne la torture.

"Shirley's doll" (Contes pour enfants morts-nés)
La nouvelle ne dépare pas de son titre. Le cours d'histoire naturelle le plus morbide et le plus dépressif/déprimant que j'aurais jamais lu.

"L'enfer des enfants pas sage" (Contes pour enfants morts-nés)
Là, l'auteur s'est dit que c'était trop facile de nous laisser détester les personnages tranquillement. Non, il faut montrer que les sales garnements capables du pire ont peut-être d'abord subi le pire, d'où...
La fin m'a bien fait rire quand même. C'est le genre de raisonnement tellement plausible pour un garnement. XD

"La leçon de piano" (Contes pour enfants morts-nés)
Je ne sais pas dans quelle dimension Noirez prend son inspiration. J'espère juste qu'il referme bien la porte derrière lui à chaque fois.


Mon avis global : Faut que j'aille voir ce qu'il a écrit d'autre. D'urgence !






_________________

Bienvenue à la Bibliothèque de l'Invisible Invité.



Pensez à lire le règlement



Merci de passer par la case présentation
Oui, même les fées jouent au Monopoly



Prière de bannir le langage sms les muses du forum n'apprécient pas



Que règnent l'entente et la bonne humeur


Dernière édition par scifi le Lun 7 Nov - 18:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://labiblioinvisible.forumsactifs.net
Zahila
Initié
Initié
avatar

Messages : 1629
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 30
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Jérôme Noirez - Le diapason des mots et des misères   Lun 7 Nov - 18:01

Rien que vos avis me font fuir... C'est sans doute très bien, mais ce sera sans moi, je vais rester sur les écrits jeunesse de Noirez je crois....
Revenir en haut Aller en bas
http://zahlya.wordpress.com
scifi
Gardienne
Gardienne
avatar

Messages : 8332
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Jérôme Noirez - Le diapason des mots et des misères   Lun 7 Nov - 18:18

Vaut mieux pas te forcer en effet, c'est vraiment extrême. Sans exagération.
Drinette, Anaëlle, Erestor, Kaboume, bref, tous les amateurs du genre : FONCEZ !

_________________

Bienvenue à la Bibliothèque de l'Invisible Invité.



Pensez à lire le règlement



Merci de passer par la case présentation
Oui, même les fées jouent au Monopoly



Prière de bannir le langage sms les muses du forum n'apprécient pas



Que règnent l'entente et la bonne humeur
Revenir en haut Aller en bas
http://labiblioinvisible.forumsactifs.net
Sandie
Initié
Initié
avatar

Messages : 1399
Date d'inscription : 02/09/2009

MessageSujet: Re: Jérôme Noirez - Le diapason des mots et des misères   Mar 8 Nov - 10:49

J'ai adoré tes avis Juju, et on est plus ou moins d'accord sur la plupart, je m'en serai doutée!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
scifi
Gardienne
Gardienne
avatar

Messages : 8332
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Jérôme Noirez - Le diapason des mots et des misères   Mar 8 Nov - 15:00

Sandie a écrit:
J'ai adoré tes avis Juju, et on est plus ou moins d'accord sur la plupart, je m'en serai doutée!

Spoiler:
 

Pas jujus pour rien Wink.
Pour "Le diapason des mots et des misères", je l'ai lue 5 fois !, pas moins, pour réussir à y voir clair et encore, comme je l'ai dit, il y a des trucs que je n'ai toujours pas compris. Rolling Eyes

_________________

Bienvenue à la Bibliothèque de l'Invisible Invité.



Pensez à lire le règlement



Merci de passer par la case présentation
Oui, même les fées jouent au Monopoly



Prière de bannir le langage sms les muses du forum n'apprécient pas



Que règnent l'entente et la bonne humeur
Revenir en haut Aller en bas
http://labiblioinvisible.forumsactifs.net
Sandie
Initié
Initié
avatar

Messages : 1399
Date d'inscription : 02/09/2009

MessageSujet: Re: Jérôme Noirez - Le diapason des mots et des misères   Mar 8 Nov - 16:08

Tu me rassures mdr Je me suis sentie comme dans la première page de l'écorcheur... du genre à vérifier si c'est bien l'édition en français!
Revenir en haut Aller en bas
scifi
Gardienne
Gardienne
avatar

Messages : 8332
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Jérôme Noirez - Le diapason des mots et des misères   Mar 8 Nov - 17:59

Je crois qu'on n'est pas les seules à avoir eu du mal sur certaines nouvelles. Faut dire que côté style, il tape dans le singulier Noirez, et ça ne rime pas toujours avec clarté. Razz

_________________

Bienvenue à la Bibliothèque de l'Invisible Invité.



Pensez à lire le règlement



Merci de passer par la case présentation
Oui, même les fées jouent au Monopoly



Prière de bannir le langage sms les muses du forum n'apprécient pas



Que règnent l'entente et la bonne humeur
Revenir en haut Aller en bas
http://labiblioinvisible.forumsactifs.net
Steve
Initié
Initié
avatar

Messages : 1810
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 35
Localisation : Briançon

MessageSujet: Re: Jérôme Noirez - Le diapason des mots et des misères   Dim 9 Sep - 15:57

Ca faisait longtemps que j'avais pas lu un recueil de nouvelles d'un auteur que je ne connaissais pas.
Et j'ai été très agréablement surpris ! Very Happy

Déjà, il y a ce style, très particuluer, visuel et caustique, qui peut donner dans la gouaille pure ou un certain raffinement dans la recherche du Verbe et caractérisé par un sens du grotesque dans l'horrifique... ou le contraire, à un certain moment on ne sait plus trop Rolling Eyes
On sent en tous cas une vraie recherche dans la plume, parfois dépouillée et crue à l'extrême, parfois plus poétique, mais toujours avec ce fond d'humour (très) noir, asphyxiant. Après, c'est vrai que Noirez se concentre plus sur les effets et les atmosphères autour de ses histoires que leur contexte. La plupart du temps, c'est au lecteur de combler les trous descriptifs ou contextuels, à un tel point qu'on se demande souvent qui, où, quoi ou comment. Pour certaines nouvelles, ça peut apporter un plus, mais je dois avouer que j'ai souvent été un peu paumé scratch

Un autre truc que j'ai noté, outre le style de l'auteur, c'est sa volonté de s'amuser sur la forme également. Des nouvelles en forme de partitions de solfège, des récits construits sur plusieurs axes différents sur rejoignant autour d'une idée centrale (je pense notamment à Kezu, le gouffre sourd), flashbacks et avance rapide, etc.
On sent que Noirez prend du plaisir aussi bien sur le contenu que leur format et ça aussi, en ce qui me concerne, c'est un réel plus !

En ce qui concerne le fond à proprement dit des nouvelles, je m'attendais (d'après les avis de Sandie) à quelque chose de beaucoup plus glauque et malsain, de plus noir, cauchemardesque. En fait, malgré le désir de s'amuser avec les pires tourments possibles, j'ai trouvé ces histoires souvent plus sordides que nauséabondes, poisseuses certes, mais souvent plus insolites et dérangeantes que vomitoires. Et souvent, ces ambiances putrides sont contrebalancées par cette ironie cruelle et mordante, qui permet de "souffler" un peu, même au fond de ces abysses d'horreur.
Dans l'ensemble j'ai beaucoup aimé, donc. Et dans le détail, histoire par histoire :

7, Impasse des Mirages : J'ai tout bonnement adoré !
Superbe entrée en matière, avec ce décor urbain pré-apocalyptique et toutes ces excellentes idées qui se greffent les unes sur les autres
Spoiler:
 
Une petite ambiance fantastique, qui tire presque sur une certaine conception fantasy avec ce lointain orient magique à peine suggeré, mais bien présent tout de même.

Bolex : Là, on entre dans le sordide de plein pied. Si le climat de misère ambiante et de décrépitude est réussie, j'ai quand meme été frustré de pas en savoir plus sur le contexte. Où ça se passe, et qu'est-ce qui a pu arriver pour en arriver à une situation pareille ?
Au final, j'ai pas vraiment accroché, même si ce coté mystérieux peut avoir son petit charme.

La Ville Somnambule : Excellente nouvelle !
J'ai littéralement été pris par ce décor nocturne, plus surréaliste que lugubre (quoique), juste génial et ajoutant une touche de folie baroque à un récit déjà bien barré à la base.
Spoiler:
 

L'Apocalypse Selon Huxley : Ben alors là, je suis pas du tout rentré du tout.
OK, certaines situations sont désopilantes et l'idée de base est bien marrante, mais ça n'a pas suffi à me faire embarquer, même si j'ai souvent rigolé. Anecdotique, en ce qui me concerne...

Nos Aïeuls : Là, on revient dans le glauque et la noirceur absolue, avec une nouvelle qui laisse un arrrière-gout franchement désagréable en bouche. Là aussi j'aurais aimé en savoir un peu plus sur le contexte général, mais l'histoire se suffit déjà à elle-même, simplement horrible... Les terreurs d'enfants contés par un fou furieux amateur de scrabreux : ça fait franchement peur ! Shocked

Berceuse pour Myriam : Mouais... j'aurais aimé pouvoir lire les partoches pour mieux comprendre la musicalité de cette pseudo-comptine, mais en l'état c'est juste bof à lire.

Feverish Train : Excellent ! Du pur délire fiévreux (comme le nom l'indique) et paranoïaque, façon polar halluciné, teinté d'une touche d'anticipation, rendant l'ensemble tout-à-fait jubilatoire ! L'écriture est vive et imagée à souhait : on est tout de suite dedans et le rythme est frénétique, réhaussée d'une pointe d'humour décalée tout à fait délicieuse.
Juste un truc à dire : Méfiez-vous des flamants roses et des lémuriens !

Le Diapason des Mots et des Misères : Là non plus j'ai pas vraiment compris ni apprecié, malgré une idée intéressante mais traitée de façon un peu trop brouillonne pour emporter l'adhésion. Du moins, la mienne. Dommage.

La Grande Nécrose : Bien dégueulasse...
Cette fois encore, trop peu d'explications sur le pourquoi du comment et dans cette histoire, ça m'a vraiment calmé. J'ai aussi eu un peu plus de mal avec la plume gouailleuse cette fois-ci, et les réactions un peu improbables de certains personnages. C'est d'autant plus dommage qu'il y avait un sacré potentiel, avec ce monde en putréfaction et cette vraie-fausse histoire policière en parallèle.
Donc voilà, je n'ai pas adoré et j'ai eu un peu de mal avec certains aspects de cette nouvelle, malgré des qualités évidentes.

Maison-Monstre : Une nouvelle tout-à-fait atypique, qui revisite une certaine conception du conte. Mais ici, le petit chaperon rouge n'a rien d'innocent et le grand méchant loup se révèle sous un aspect assez surprenant : celui d'une maison ! Excellentes idées, écriture soignée et sujet original font mouche à tous les étages. Dommage que l'auteur n'aie pas plus exploité cette idée de "maison monstre", qui revisite également le thème bien éculé des maisoins hantées.
Kiffant !

Stati d'Animo : Encore une histoire foncièrement originale et hors-norme, avec ses personnages bigarrés, sa foule d'idées farfelues et bien vues, son climat singulier et ses trips SF complètement perchés. Réussir à faire tenir autant d'éléments disparates (mais pourtant parfaitement cohérents) en si peu de pages, ça relève presque du génie !
Et j'ai bien aimé le sort reservé au personnage central - qui n'a rien d'un héros, au contraire - victime d'un retournement de situation, hum...des plus "facheux" Razz

Contes Pour Enfants Morts-Nés : Vous ne m'en voudrez pas de mettre ces 3 petits contes dans le même sac, mais ils symbolisent tous trois les mêmes facettes d'un style peu commun. On assiste là à une plongée en enfer dans les méandres d'une enfance martyrisée, tourmentée, que Jérome Noirez prend un malin plaisir à nous décrire avec un petit sourire sadique, comme si tout ça n'était finalement qu'une farce de très mauvais gout.
J'ai particulièrement apprecié Shirley's Doll, macabre et cradingue à souhait.

Voilà, en définitive j'ai beaucoup apprecié ce recueil de nouvelles, aussi bien pour son travail sur le fond que la forme et ça m'a franchement donné envie d'en savoir plus sur l'auteur.
Peut-être me laisserais-je donc tenter un de ces jours par un roman de Noirez, que je suis très heureux d'avoir découvert via ce Diapason. Merci encore, sci-fi ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
scifi
Gardienne
Gardienne
avatar

Messages : 8332
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Jérôme Noirez - Le diapason des mots et des misères   Dim 9 Sep - 16:20

On n'a pas du tout accroché sur les mêmes nouvelles, mais à vrai dire je m'y attendais; particulièrement sur "7, Impasse des Mirages", le genre d'ambiance que je voyais bien te parler.

Steve a écrit:
Et souvent, ces ambiances putrides sont contrebalancées par cette ironie cruelle et mordante, qui permet de "souffler" un peu, même au fond de ces abysses d'horreur.

J'ai eu cette impression aussi. Ironie cruelle en effet, mais qui paraît presque un pied de nez à l'horreur.

_________________

Bienvenue à la Bibliothèque de l'Invisible Invité.



Pensez à lire le règlement



Merci de passer par la case présentation
Oui, même les fées jouent au Monopoly



Prière de bannir le langage sms les muses du forum n'apprécient pas



Que règnent l'entente et la bonne humeur
Revenir en haut Aller en bas
http://labiblioinvisible.forumsactifs.net
Steve
Initié
Initié
avatar

Messages : 1810
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 35
Localisation : Briançon

MessageSujet: Re: Jérôme Noirez - Le diapason des mots et des misères   Dim 9 Sep - 19:14

Je suis d'accord également et limite ça m'étonne presque pas qu'on ait pas accroché sur les mêmes nouvelles : malgré nos lectures respectives et nos auteurs fétiches en commun, on a toujours eu des gouts assez différents Wink
Et puis, ça prouve aussi qu'on a tous les deux un certain sens critique.

Par contre, je me répète, mais j'avoue avoir été le premier surpris à apprécier ce recueil.
Quand j'ai lu le 4e de couv' et que je me suis renseigné un peu sur l'ouvrage (puis avec les commentaires de Sandie), je me suis dit que c'était pas trop mon truc mais que je lirais quand même, histoire de. Au final j'ai passé un très bon moment, mais peut-être plus grâce à la prose de son auteur et ses petites trouvailles scénaristiques qu'au genre dans lequel il s'inscrit...
Je me rends compte avec le temps que j'ai de plus en plus de mal avec tout ce qui est gore/horreur et compagnie. Ca doit être ça aussi, le fameux cap de la trentaine ! Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
scifi
Gardienne
Gardienne
avatar

Messages : 8332
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Jérôme Noirez - Le diapason des mots et des misères   Dim 9 Sep - 20:31

Steve a écrit:
Je me rends compte avec le temps que j'ai de plus en plus de mal avec tout ce qui est gore/horreur et compagnie.

J'ai toujours eu du mal avec le gore/horreur s'il n'était pas lié au fantastique pour ma part. Mais force m'est de reconnaître que j'ai du mal avec le Fantastique en général depuis quelques années et plus précisément avec le Fantastique/Horreur.
Ce genre ne me plaît que s'il me fait peur ou me fait réagir. Or ça me navre mais j'ai presque l'impression d'être blasée.
C'est pour ça que aussi paradoxal que ça le soit pour le genre de récits qu'il contient, ce recueil m'a vraiment fait une excellente impression. Tout y était, la montée d'adrénaline, le frisson d'attente, de peur et même d'horreur.

Un peu HS, mais le dernier auteur a m'avoir fait une impression de ce genre, c'est Miéville. What a Face

_________________

Bienvenue à la Bibliothèque de l'Invisible Invité.



Pensez à lire le règlement



Merci de passer par la case présentation
Oui, même les fées jouent au Monopoly



Prière de bannir le langage sms les muses du forum n'apprécient pas



Que règnent l'entente et la bonne humeur
Revenir en haut Aller en bas
http://labiblioinvisible.forumsactifs.net
Steve
Initié
Initié
avatar

Messages : 1810
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 35
Localisation : Briançon

MessageSujet: Re: Jérôme Noirez - Le diapason des mots et des misères   Lun 10 Sep - 4:54

+1 et pour Miéville lol ben j'avais hésité à en parler pour pas faire HS, justement, mais exactement la même chose pour moi ! Il y a tout ce que j'aime chez cet auteur, même la touche fantastico-horrifique, mais qui n'est ici qu'un élément parmi tant d'autres : c'est ça qui rend ses romans aussi "scotchants" study
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jérôme Noirez - Le diapason des mots et des misères   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jérôme Noirez - Le diapason des mots et des misères
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jérôme Noirez - Le diapason des mots et des misères
» Mots farfelus ? définitions farfelues...
» Nos expressions et mots français préférés
» Vire-langues,,,Amusez-vous bien en prononçant ces petits mots.
» Lire en anglais : mots, expressions difficiles à comprendre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La bibliothèque de l'Invisible :: Rayonnages invisibles :: Fantastique / Horreur-
Sauter vers: